Qu’est-ce que la philosophie ?
Article mis en ligne le 20 juillet 2012 par IRELP-adm1
Imprimer cet article logo imprimer

Introduction

Au préalable, précisons qu’il ne s’agit pas ici d’apporter une réponse qui serait la définition officielle de la Libre Pensée. Chacun pressent bien en effet, en quoi prétendre à une telle définition serait à la fois contradictoire à toute démarche de libre pensée et contre tout esprit philosophique.
Parler de Philosophie consiste à se référer à un type de discours dont il est nécessaire de dégager la spécificité, afin de le distinguer de tous les autres discours relatifs à d’autres disciplines telles que l’histoire, les sciences de la nature, les sciences humaines… . L’enjeu est également d’être capable de discerner les propos véritablement philosophiques de ceux qui n’en sont que les usurpations médiatiques.

Nous devons d’abord distinguer deux usages du terme philosophie : un usage courant et un usage restreint et plus savant.
Dans son usage courant, ce terme renvoie à la fois à des attitudes, des opinions ou à des principes d’action très généraux. Par exemple, « prendre les choses avec philosophie » consiste à garder son calme face à des accidents et difficultés de la vie quotidienne ; s’accommoder des événements, voire se résigner. Au contraire, on parlera de la philosophie d’un homme politique pour désigner, cette fois-ci, les grands axes de son plan d’action. Plus généralement enfin, la philosophie désigne également les croyances diverses, les modes de pensée et les représentations du monde d’un groupe social, d’une collectivité ou d’une civilisation ( on parlera dans ce sens, de la philosophie indienne, chinoise…)

De ces premières remarques, on retiendra que l’usage courant du terme philosophie renvoie à des représentations spontanées collectives et individuelles, plus ou moins cohérentes, mais en dehors de toute démarche rationnelle critique. La philosophie, dans cette première acception, désigne les différentes manières avec lesquelles les hommes se représentent ou interprètent spontanément le monde.
Ce n’est évidemment pas ce sens courant et large qui nous intéresse. A ce compte, tout le monde serait spontanément philosophe, dans la mesure ou tout le monde a des idées, des opinions et des représentations. Mais comme le remarquait déjà Hegel, on n’est pas cordonnier parce qu’on a des pieds ; on n’est pas plus philosophe simplement parce qu’on a des idées ou des pensées [1].

Il faut donc envisager le terme philosophie dans un autre sens.
Chacun sait que le terme philosophie signifie en grec ancien « amour ou recherche de la sagesse ». Mais le terme sagesse reste lui-même très ambigu, puisqu’il peut désigner tout aussi bien le bon sens populaire qui s’exprime dans des proverbes, qu’un idéal de maîtrise de soi et de sa propre pensée dans un sens plus restreint.
C’est en priorité ce sens savant qu’on a retenu, depuis que Pythagore a introduit le mot philosophie au VIIème siècle avant J.-C., et c’est d’ailleurs dans cette acception, que le terme philosophie va être l’objet de toute une série d’attaques et de reproches.

Que reproche-t on, en effet, à la philosophie comme recherche ou idéal de sagesse ?

D’abord, d’être trop abstraite, coupée du monde réel (voir l’anecdote concernant Thalès, qui , si on en croit sa propre servante, tomba au fond d’un puits en regardant les étoiles…), de produire un discours souvent incompréhensible, sauf pour les philosophes eux-mêmes. Elle est également souvent récusée ou raillée pour sa stérilité et son inutilité fondamentale, contrairement aux sciences et aux techniques.

Marx écrira dans sa fameuse 11ème thèse sur Feuerbach :

« Les philosophes n’ont fait qu’interpréter diversement le monde, mais ce qui importe, c’est de le transformer. » ; et encore plus polémique : « La philosophie est à l’étude du monde réel ce que la masturbation est à l’amour sexuel. »Marx, Engels, Idéologie allemande.

D’autres insistent pour dire que l’idéal de sagesse n’a jamais empêché le développement de la barbarie ; c’est donc la preuve de la faillite de tout humanisme philosophique…
Et pourtant, la philosophie, de nos jours, semble avoir repris de la vigueur à un point tel qu’elle envahit la totalité de la sphère publique.
Elle se voit désormais investie d’un grand prestige.
Enseignée dès la classe terminale, c’est-à-dire en fin de cursus des études secondaires, son enseignement se poursuit dans le cursus universitaire. Certains envisagent même de l’introduire dès les classes primaires…
Depuis maintenant plusieurs années, des philosophes sont invités régulièrement à intervenir dans les médias, parallèlement à l’extension de la mode des cafés philosophiques
Mais s’agit- il alors de la même chose dans tous ces exemples ? N’assiste-t-on pas à la dilution de la philosophie au point de ne plus savoir ce qu’elle recouvre précisément ?
De même, lorsque Marx critique les philosophes et la philosophie, que vise-t-il réellement ?

Après le constat d’une situation si paradoxale, on est alors endroit de se poser un certain nombre de questions la concernant :
- Quelle est cette discipline mystérieuse, à la fois si décriée et investie d’un tel prestige ?
- Quelle est la nature de son objet ?
- S’agit-il de transmettre un savoir constitué au même titre que les sciences de la nature ?
- Qu’est ce qui distingue alors ce savoir de celui des autres disciplines ?
- Son enseignement est-il dénué de tout contenu idéologique ?
- S’agit-il d’un enseignement véritablement objectif ?
- Quelle est sa finalité ?....

Nous allons tenter de répondre à toutes ces questions dans le cadre de cet exposé.
Nous partirons d’abord d’un fait : son enseignement, plus précisément en France, s’appuie en priorité sur l’étude des auteurs tels que Platon, Aristote, Epicure…, c’est-à-dire des penseurs appartenant au monde hellénique, et non pas venant d’autres civilisations telles que l’Inde, la Chine, l’Afrique…

Qu’est-ce qui justifie un tel choix ?

Il nous faudra donc partir de son histoire et comprendre pourquoi notre enseignement qui se réfère à l’humanisme classique et la philosophie que nous transmettons, s’enracinent tous deux dans une civilisation particulière, celle qui a pris naissance à l’est du bassin méditerranéen, au VII-VI siècle avant l’ère chrétienne (et non pas la civilisation indienne, chinoise, etc…)

Il faut donc revenir sur les origines de la philosophie dans le cadre de la civilisation occidentale.

Les origines de la philosophie. [2].

Où la philosophie commence-t-elle ?

Il y a deux manières d’interpréter cette question, et donc deux façons d’y répondre :

1ère signification :

Où situer la frontière du philosophique et du non-philosophique ?

Il s’agit donc de répondre à la question de l’identité : Qu’est-ce que la philosophie ? Autrement dit, en quoi la philosophie se distingue-t-elle des autres disciplines, des autres modes de pensée ( sciences, sciences humaines, religion…) ?

2ème signification :

Dans quels lieux est-elle apparue ?

Il s’agit maintenant de répondre à la question de l’origine, qui est liée à celle de l’époque de cette apparition.

Les deux questions sont liées. En effet, pour répondre à la question de l’origine (où et quand ?), il faut d’abord savoir ce qu’elle est pour être capable de la repérer ; mais pour dire ce qu’elle est, il faut la considérer comme un phénomène historique, c’est-à-dire l’inclure dans l’histoire humaine, montrer qu’elle n’est pas une entité abstraite mais une pratique sociale. De ce point de vue, elle est le résultat d’un double changement, d’une double rupture dans le contexte de la société grecque archaïque :
- un changement dans les conditions sociales et politiques ;
- un changement dans les mentalités.

Deux sources, trois écoles fondatrices

L’activité philosophique s’alimente à deux sources, à deux courants antiques :
- l’école Ionienne (ou école des physiologues ou des philosophes qui s’intéressent à la nature, pour reprendre la dénomination d’Aristote) la plus ancienne, avec Thalès, Anaximandre, Anaximène, Héraclite… ;
- Les deux écoles Italiennes : l’école pythagoricienne ( Pythagore, Empédocle ) ; les Eléates ( Parménide, Zénon ).

Ces deux écoles ont en commun une approche rationnelle des phénomènes , mais d’inspiration divergente :

« Disons donc que l’Ionie est le symbole de la nature, tandis que l’Italie est celui de l’essence intellectuelle(…) L’Ionie incarne la matérialité physique, l’Italie la spiritualité mathématique. » [3]

1-1 L’école Ionienne :

La cité grecque de Milet (côte de l’Asie Mineure ), où les Ioniens avaient établi des colonies riches et prospères, a vu naître une forme de discours sur le monde à partir d’un nouveau type de rapport au monde.
Dans quelle mesure ces hommes ont-ils marqué une rupture avec le passé ?
En quoi et dans quelle mesure, leur mode de pensée inaugure-t-il la philosophie ?
La réponse est complexe au moins pour deux raisons : au VIème siècle av. JC ; le mot même de philosophie n’existe pas ; il ne sera utilisé avec le sens qu’on lui connaît actuellement qu’avec Platon et Aristote ( Vème siècle) ; et surtout , Platon préconisera, pour faire de la philosophie, de rompre justement avec le discours de l’école milésienne.
Mais on peut considérer que les théoriciens de Milet ont fait le premier pas sur le chemin de la philosophie. Pourquoi ?

1-1-1Les innovations de l’école ionienne 

Le contexte culturel : la culture grecque archaïque est une culture de tradition orale, fondée sur l’écoute de chants poétiques accompagnés de musique. Tout le « savoir » que l’homme grec de cette époque doit assimiler, est rassemblé dans des compositions épiques, des récits légendaires mettant en scène les héros et les dieux. Il s’agit donc de mythes, qui ont été recueillis et mis en forme ultérieurement par Hésiode , auteur de La Théogonie, et par Homère dans L’Illiade et l’Odyssée.

Rappelons ici les caractéristiques générales d’un mythe :
C’est un récit d’origine collective et anonyme, imaginaire et invérifiable qui fait donc appel à la croyance. L’adhésion à ce qui est raconté est requise sans questionnement ; la narration est validée uniquement par la tradition.
Le mythe constitue la première manière de se représenter le monde en faisant appel à des principes transcendants ou surnaturels

Par exemple, Hésiode dans sa Théogonie rend compte de la formation du monde et de la généalogie des dieux à partir de trois principes : Chaos ( Béance ), Gaïa ( la Terre ) et Eros (l’Amour) . Gaïa naît d’abord du Chaos, ; elle engendre ensuite à partir d’elle-même Ouranos ( le Ciel ) et Pontos ( le Flot salé ), qui représentent ses contraires. Elle s’accouple avec Ouranos pour engendrer les Titans, les Titanes, les Cyclopes et les dieux. Mais ses enfants ne peuvent sortir d’elle-même, car Ouranos est constamment sur elle et en elle , dans un acte sexuel permanent. Au début, il y a donc la liaison indissociable de deux contraires, mais de cette unité primordiale rien ne peut naître. Pour faire sortir ses enfants, Gaïa va utiliser un stratagème avec l’aide de Chronos qui est encore en elle. Chronos, le Fourbe, muni d’une serpe, va, sur l’instigation de Gaïa, procéder à la castration et à l’émasculation d’Ouranos, qui, criant de douleur va s’éloigner définitivement de Gaïa. C’est la raison pour laquelle le ciel se tient à distance de la terre et la recouvre entièrement.
Ensuite, les dieux et les Titans vont se faire la guerre, à l’issue de laquelle, Zeus victorieux, va établir une hiérarchie et imposer un ordre définitif, le Cosmos.
Par ce récit, Hésiode nous fait comprendre que, pour qu’il y ait monde, il faut à la fois unité, séparation des contraires et donc conflit, mais que rien ne peut s’effectuer en dehors de l’intervention de Chronos, c’est-à-dire du temps. On peut remarquer également qu’Hésiode pense le monde sur le modèle des relations sexuelles du monde humain projetées dans le monde imaginaire des dieux [4].

L’école ionienne va s’inscrire en rupture avec cette culture archaïque par l’élaboration d’un nouveau type de discours : on ne se référera plus aux mythes pour expliquer le monde, mais à des principes naturels, tels que l’eau, l’air, la terre, le feu.

« Pour les Ioniens, l’explication rationnelle de la pluralité et de la diversité des phénomènes et des êtres que compte la nature, est à chercher dans la présence d’un principe unique et matériel d’où dérivent toutes choses. Ils usent pour désigner le premier élément fondateur, du terme grec d’archè, mot qui signifie la souche, l’origine commune ou le commencement, et qui prendra ensuite un sens construit par les philosophes ultérieurs ( notamment Aristote ) : celui de concept de principe. Que cet élément soit l’eau, le feu, l’air et encore l’Illimité ou l’Infini, ne change rien à la nature du modèle d’explication physique mis dès lors en œuvre. La pensée ionienne devint philosophique au moment où elle pose l’être du principe matériel au commencement du devenir. » [5]

Qu’est-ce qui a permis une telle rupture ? Que signifie-t-elle ?
Ce sont essentiellement de profonds changements intervenus dans la civilisation grecque. On assiste, en effet, à l’effondrement de la civilisation mycénienne avec l’effacement progressif de la culture orale.

Cela va avoir plusieurs conséquences, quant aux conditions de possibilité de l’émergence du discours proprement philosophique :
Le passage de la culture orale à la culture écrite va permettre à la prose de détrôner la poésie, et va rendre possible la naissance des mathématiques, c’est-à-dire la démonstration. ( Il n’y a pas de mathématique possible sans écriture. ) De même, la narration des légendes laisse place à la prose explicative. On va pouvoir maintenant se consacrer à des enquêtes historiques, à élaborer des raisonnements, comme en mathématiques. L’écriture va devenir également un instrument social et politique, car les lois vont pouvoir désormais être écrites. On assistera alors à l’émergence d’un nouveau rapport au discours et d’une nouvelle conception de la vérité.
Ce bouleversement est solidaire de l’avènement d’une nouvelle organisation de la société avec la disparition du Palais mycénien et la mise en place de la Cité-Etat.
Si le passage à l’écriture va modifier considérablement la nature et la fonction des lois, cela va transformer également la perception que les membres de la société vont en avoir. En effet, écrire les lois va permettre de les rendre publiques, elles seront désormais conçues comme étant communes et égales à tous.
La cité devient progressivement du VI au V ème siècle, un véritable cosmos circulaire centré sur l’agora, lieu de rassemblement de tous les citoyens.
Chaque citoyen occupera successivement les différentes charges politiques. Le pouvoir étant désormais au centre, aucun citoyen n’est censé pouvoir s’en emparer et le confisquer.
Le citoyen obéit et commande ; émerge ainsi l’idée d’isonomie, c’est-à-dire l’idée d’égalité devant la loi.

Ces bouleversements culturels et politiques vont transformer les mentalités, et en premier lieu, le rapport que les hommes vont avoir avec la nature et avec leur propre discours en rapport avec la notion de vérité.
C’est ainsi que les théoriciens de l’école ionienne vont projeter l’ordre de la Cité sur la nature. Le cosmos, l’ordre naturel, est l’image de l’ordre de la cité. L’ordre cosmique n’émane plus d’un dieu souverain, ou d’un principe transcendant, mais comme dans le cosmos de la cité, il existe une loi immanente de Justice. Les éléments constitutifs de la nature (eau, air, terre, feu) sont répartis également dans le monde, de sorte qu’aucun ne prévaut sur les autres.
Changement également dans le rapport au discours. Alors que le mythe provoque la stupeur, une paralysie de la raison, et entretient le sentiment du divin, la philosophie ionienne va naître d’un sentiment d’étrangeté face aux phénomènes naturels qu’il s’agira maintenant d’expliquer. Pour rendre compte de ce changement de perception de la nature, JP Vernant écrira :

« L’insolite ne fascine plus, il mobilise l’intelligence. »

Autrement dit, la démarche des philosophes ioniens consistera, à partir de leur propre étonnement face aux phénomènes naturels, à partir de la prise de conscience d’un problème, de tenter diverses théories explicatives. Il ne s’agit plus maintenant des se référer à des principes transcendants (l’autorité des Muses inspiratrices des poètes, ou des dieux ) ou à la tradition, mais de tenter une explication des phénomènes naturels à partir de principes naturels : l’eau, l’air, la terre, le feu. On a affaire à une forme de matérialisme, à laquelle s’opposera Platon au siècle suivant.
Par exemple Thalès élaborera une théorie selon laquelle l’eau est le principe primordial dont procède toutes choses et toute vie. Pour Héraclite, le monde est un feu continuel, se nourrissant des choses qu’il dévore.
La grande nouveauté est que la théorie, contrairement aux mythes, peut faire maintenant l’objet d’un débat. Elle est mise en demeure de se justifier, elle doit rendre compte de ce qu’elle affirme ; elle s’expose donc à la critique et à la controverse.
Il est clair que l’on a affaire ici à la transposition, dans la champ philosophique de la règle du jeu politique. Les problèmes de la vie de la Cité sont débattus au sein des assemblées, dans le cadre de débats contradictoires où s’affrontent, dans la libre discussion, des arguments contraires.
Une nouvelle conception de la vérité s’élabore progressivement. Alors que le discours du mythe faisait appel à la croyance et établissait sa propre validité sur la tradition, le discours fonde maintenant sa vérité sur sa propre force démonstrative à partir de ses propres critères de validité. La vérité devient simultanément ouverte et accessible à tous ; elle pourra donc aussi être discutée.

Les théoriciens physiologues. ( Aristote )

THALES ( VIIè-VIé av. JC ) est à compter parmi l’ un des fondateurs de la géométrie qu’il établit en s’appuyant sur les acquis de la connaissance empirique des égyptiens. Ses travaux vont servir à ses successeurs, dont Euclide au IIIème siècle ap. JC, dans l’élaboration de ses Eléments. Il fut aussi astronome et aurait prédit l’éclipse de soleil du 28 mai 585 avt JC., ainsi qu’une année à olives à partir de calculs astronomiques, selon Aristote. JPDumont précise : « Quant au fameux théorème qui porte son nom, la découverte n’est sans doute pas de lui, mais elle renvoie à un trait conservé par Pline et Plutarque : Thalès est représenté mesurant l’ombre de la pyramide (dont le sommet est inaccessible ) au moyen de l’ombre d’un bâton, quand cette ombre est égale à la hauteur du bâton, c’est-à-dire quand le soleil fait avec l’horizon un angle de 45°, mesuré grâce au gnomon. La découverte astronomique et le repérage du temps solaire précèdent la découverte des proportions. » [6]

ANAXIMANDRE (vers 610-545 av.JC ) , ami et successeur de Thalès, pose en principe l’existence d’une nature une. L’élément ne saurait être le principe, mais il dérive de ce principe, appelé l’Illimité ou Infini, parce qu’il renferme une infinité de réalités et même de mondes possibles. « Dire que l’illimité est le principe, marque donc une étape complémentaire vers l’abstraction, à une époque où n’est pas encore forgé le concept de matière. » [7] Tout ce qui existe en est l’expression. Tout vient de lui et doit y retourner [8].

ANAXIMENE , successeur d’Anaximandre à Milet, attribue à l’air, la propriété d’être infini. Autrement dit, ce que nous, nous considérons comme étant des modifications de la matière et ses différents états, est alors attribué par Anaximène à l’air comme l’élément à partir duquel vont s’opérer tous les changements. Plus subtil, l’air est le feu ; condensé, il se change en vent, puis nuage, puis eau, puis terre et pierre enfin. La Terre n’est qu’un disque flottant dans l’air, d’où dérivent le soleil, la lune et tous les autres astres.

ANAXAGORE ( 500-428 av.JC ), introduisit la philosophie ionienne dans l’Athènes de Périclès, dont il devint le philosophe quasi officiel. Il contribua ainsi à la constitution du contexte intellectuel dans lequel se forgea le génie de Socrate. Sa philosophie est d’abord une physique, et on lui attribua le nom de météorologue en raison de son intérêt pour les phénomènes célestes (« Le soleil est une terre embrasée. » ; « Il y a des habitants sur la Lune. » ; il prédit , en 466 av.JC, la chute d’un météore…) Il retient d’Anaximène, la notion du principe de l’Illimité ou d’Infini, dont il donne une définition originale. L’air et l’éther, éléments dominants, enveloppent l’infinité de toutes choses et sont instruments de la discrimination ou dissociation. A cet infini élémentaire des substances matérielles, répond le caractère infini du Nous ou Intellect, âme matérielle de l’univers, qui est à la fois sa cause matérielle et motrice, et acte de connaître. Depuis Aristote, cet Intellect sera assimilé à Dieu [9].

HERACLITE (576-480)

On peut résumer sa doctrine en quatre points :

a) Dans la pure tradition ionienne, tout dérive d’un unique principe matériel : le feu. Le Monde n’est qu’un feu toujours vivant, se nourrissant des choses qu’il dévore. L’extinction de ce feu produit les corps [10]

« Toutes les choses viennent du feu, et toutes finissent dans le feu. » La transformation du feu en air, de l’air en eau et de l’eau en terre, s’opère par un mécanisme de condensation. Inversement, c’est par raréfaction que la terre engendre l’eau qui produit l’air, qui retourne au feu. » [11].

b) Le mobilisme universel :
Tout n’est que transformation du Feu, l’Un se faisant multiple, le Tout est, quoique éternel, en perpétuel devenir. Dans le Cratyle , Platon fait dire à Héraclite : « L’on ne saurait entrer deux fois dans le même fleuve. » Le monde étant un et, à la fois, en perpétuel devenir, autorise Aristote à résumer la thèse fondamentale d’Héraclite par la formule suivante : « le même est et il n’est pas. ». Ce que JP Dumont commente de la façon suivante :

« On ne saurait dire plus clairement que la coexistence de l’immobilité et du mouvement, de l’éternité et du devenir, implique contradiction et procède de la contradiction. Que l’astronomie se change ainsi en philosophie de la contradiction est la contribution essentielle d’Héraclite. (…) Le différent doit concorder avec lui-même et la contradiction habiter toutes choses. Comprendre les choses, c’est comprendre le désaccord de l’Un et l’unité des contradictoires. » [12].

c) Avec Héraclite, on assiste alors à une première approche d’une pensée dialectique avec l’idée de contradictionsinternes à la raison et le dépassement de ces contradictions au sein d’une harmonie supérieure, comme dans le domaine musical :

« La musique, en mêlant les sons aigus et graves, longs et courts, produit dans des voix différentes, une harmonie unique. » [13]

Cette pensée de la contradiction , à la fois comme moteur du devenir, comme raison d’être des choses et comme immanente à la nature de l’Un, en qui elle réside en germe au commencement , avant même tout développement ultérieur, inaugure

d) Une nouvelle conception du Logos :

« D’abord le Logos est le feu, principe matériel. Ensuite, quand les autres éléments se condensent, tout le feu ne se condense pas, de sorte qu’il subsiste aussi en partie comme feu, c’est-à-dire comme puissance de faire condenser et raréfier, qui meut les trois autres éléments issus de lui. Il est alors dieu, destin, et âme. Il est (…) le Logos répandu à travers la substance du Tout. Il est le corps éthéré, semence de la génération du tout et mesure de la période ordonnée. » [14].

L’homme, pour vivre selon la raison qu’il a reçue en partage, doit se soumettre au Logos du monde, se soumettre au mouvement de l’univers ou au Destin pour adopter une conduite morale ( vivre selon la nature )
Tout homme a une âme immortelle et divine, parcelle du feu céleste, et peut choisir de vivre de façon raisonnable, selon la nature et la loi du Destin.

On peut donc considérer que les philosophes ioniens ont fait le premier pas sur le chemin de la rationalité philosophique pour au moins trois raisons :
D’une part, ils ont rompu avec toute explication mythique du monde en rejetant tout principe transcendant ou surnaturel ; ils refusèrent ainsi de s’en remettre à la croyance ou à l’autorité de la tradition.
D’autre part, ils ont recherché un principe unique dans la nature (eau, air, terre, feu) pour rendre compte de toute la richesse de l’expérience sensible. Ils ont donc procédé à la rationalisation de cette expérience et affirmé par la même le pouvoir d’élucidation de la raison. En cela, ils ont posé les jalons de la physique moderne. L’historienne des sciences, Françoise Balibar écrit à ce propos :

« La conception de la nature qui fut celle des premiers physiciens, porte en germe l’idée moderne de « matière », en ce sens qu’elle suggère que, sous la diversité des choses et des apparences, existe une « nature » commune permettant d’expliquer les transformations observées. » [15]

Et enfin, du point de vue strictement philosophique, ils ont tenté de penser le devenir des choses engendrées au sein d’une nature unique, comme substrat de ses changements, c’est-à-dire comme substance éternelle.

Les écoles italiennes : l’école pythagoricienne et l’école d’Elée.

Au-delà de leurs oppositions de doctrines, ces deux écoles vont élaborer des concepts d’importance décisive. Les principes de l’école ionienne vont paraître devant le tribunal de la raison. Les deux écoles italiennes vont en effet se focaliser sur les problèmes de l’abstraction et de l’immobilité. JP Dumont rapporte ainsi les propos de Proclus :

« « … les philosophes d’Italie se sont principalement occupés des choses qui sont les espèces intelligibles, et n’ont touché que très peu à la philosophie des choses sensibles abandonnées à l’opinion. » Ces espèces intelligibles sont avant tout des nombres, puis des idées ou des formes intelligibles. » [16]

Le seul critère de vérité résidera désormais dans la rigueur formelle du raisonnement, indépendamment de l’expérience sensible. Il s’agira d’éliminer toute contradiction dans le discours et de s’en remettre totalement à la puissance démonstrative de la raison. La vérité n’est plus établie à partir de l’apparent accord avec les données naturelles, c’est-à-dire avec les pseudo évidences sensibles, toujours flottantes, incertaines, relatives et contradictoires des opinions.

L’école pythagoricienne.

Fondée dans la seconde moitié du VIème siècle av JC par Pythagore, elle revêt le caractère d’une secte car elle adopte le mode de vie monastique, avec une période de noviciat de trois ans, suivie de cinq années de silence pour les mathématiciens.
Outre la croyance en la métempsychose (dont Platon reprendra l’aspect mythique pour élaborer sa théorie de la réminiscence) [17], la thèse centrale affirme que « le nombre est l’essence de toutes choses » et que l’univers est gouverné par l’harmonie. Autrement dit, le monde n’est pas gouverné par le hasard, mais par la nécessité.
Il faut se rappeler que, dans l’histoire des mathématiques, les pythagoriciens ont laissé le nom du père fondateur de l’école au fameux théorème concernant la propriété du triangle rectangle.
Cette propriété avait été déjà constatée empiriquement par les arpenteurs Égyptiens et Hindous pour des triangles particuliers ( par exemple dont les côté étaient AB= 3 ; BC = 4 ; AC = 5 qui vérifiaient la relation : AB2+BC2= AC2 ) . Mais ce sont les pythagoriciens qui ont démontré que la relation entre la somme des carrés des côtés et le carré de l’hypoténuse était vraie pour tous les triangles rectangles possibles. Autrement dit, les pythagoriciens ne raisonnent pas sur tel ou tel triangle singulier tracé au tableau, mais raisonne sur l’Idée de triangle rectangle. Cette Idée générale est le modèle à partir duquel il est possible de tracer tous les triangles particuliers qui n’en sont que les images. Ce modèle intelligible constitue désormais l’essence du triangle rectangle, et est considéré comme un objet en soi sur lequel on va pouvoir raisonner dans l’abstraction, c’est-à-dire sans passer par l’étape du tracé dans la réalité sensible. C’est en reprenant cette démarche que Platon va élaborer sa théorie des Formes intelligibles et de la Participation [18].

Les pythagoriciens vont également s’intéresser aux triades où a2+b2= c2 sont des nombres entiers. Ces triades deviendront les modèles à partir desquels a été construit l’univers selon l’harmonie relative aux nombres.
Aristote résume la démarche et la thèse des pythagoriciens de la façon suivante :

« …ils voyaient que les propriétés et les rapports musicaux étaient exprimables par des nombres ; et puisque enfin, toutes les autres choses étaient de toute évidence, à la ressemblance des nombres, qui eux-mêmes étaient premiers dans tout ce que comporte la nature, ils formèrent l’hypothèse que les éléments des nombres sont les éléments de toutes choses, et que le ciel tout entier est harmonie et nombre. » [19]

Cette conception de l’harmonie des choses relatives au nombre va avoir deux conséquences :
1ère conséquence en astronomie : le monde est un cosmos, un Tout harmonieux et beau dans lequel on peut y déceler un ordre. Mais plus fondamentalement, c’est l’idée que le monde n’est pas dirigé par le hasard, mais par une certaine forme de lois. . Il y a l’intuition de l’idée moderne de loi mathématique en physique. C.Rovelli précise :

« La proposition de Pythagore, originale du point de vue de l’école de Millet, est que la langue dans laquelle sont écrites les lois de la nature, est la langue mathématique. Avec cette proposition, Pythagore ajoute un ingrédient majeur au programme d’Anaximandre, en donnant une forme précise à l’idée de loi, encore très vague chez Anaximandre. » [20]

La 2ème conséquence concerne le domaine politique : il est possible d’établir également une harmonie dans la cité à partir d’un calcul : la justice distributive consiste à donner à chacun ce qui lui est dû. La détermination de ce qui est dû à chacun relève d’un calcul de proportionnalité qui « permet aux pauvres de recevoir de ceux qui ont les moyens, et amènent les riches à donner à ceux qui sont dans le besoin. »

Autre acquis des pythagoriciens :
- la notion d’infini entre dans la science des nombres à partir du constat de l’incommensurabilité de la longueur des côtés d’un carré avec la diagonale. Il n’existe aucun nombre fractionnaire qui permet de mesurer la diagonale si on prend la longueur du côté pour unité. Il y a donc nécessité d’inventer une autre catégorie de nombre pour mesurer la diagonale : les nombres irrationnels. (raison désignant pour les anciens ce qui a un rapport défini entre deux termes.)

Ce que les pythagoriciens vont léguer à la philosophie et qui va être théorisé par Platon, c’est la possibilité de raisonner dans l’abstraction sur des idées ou des essences à partir du modèle fourni par le raisonnement mathématique. [21].

Les Eléates

Xénophon fonda une école à Elée, petite cité du sud de l’Italie, au VIème siècle avt JC. Au siècle suivant, trois représentants, vont laisser leur nom dans l’histoire de la philosophie : Parménide, Mélissos, Zénon.
Selon les Eléates, il existe un principe d’intelligibilité pour chacun d’eux : le Dieu Un pour Xénophon, l’Un et l’Etre pour Parménide, l’Un et le multiple pour Zénon d’Elée.

« …le type de réponse propre à l’école éléate va contredire l’opinion milésienne, puisqu’au lieu d’aller chercher la nature du principe dans l’Illimité physique, on va désormais poser un principe l’Un-et-Tout qui est davantage Dieu, c’est-à-dire une réalité intelligible, qu’un élément proprement physique. Cette option caractéristique de l’école éléate en constitue pour ainsi dire la signature. » [22]

PARMENIDE ( vers 540-vers 450 av.J.-C. )
Auteur d’un poème didactique De la Nature dans lequel il formule pour la première fois le problème de l’être. Avec Parménide, on assiste à l’avènement de la logique et de la pensée rigoureuse par enchaînement nécessaire des idées.
Par raisonnement pur, indépendamment de l’expérience sensible, Parménide détruit l’illusion, selon lui, que la multiplicité des êtres auraient pu être produit par une quelconque genèse. La réalité est dans l’Un et non dans la pluralité des choses ou des êtres multiples et changeants. Cela signifie que l’Etre exclut toute idée de génération ; autrement dit, l’être et la notion d’origine sont par essence contradictoires.

Comment Parménide établit-il cette thèse ? Par le raisonnement, dans l’abstraction.

A la question « D’où l’être a-t-il été engendré ? », il y a deux réponses possibles :
- de lui-même ; mais si c’est de lui-même, il n’y a pas eu génération. On ne peut en effet, être engendré que par autre chose que soi ; donc la proposition est contradictoire ;
- du non-être ; mais cela est aussi contradictoire car cela suppose que le non-être a donc été.

Cela signifierait qu’il y avait donc de l’être avant que l être ne fût engendré, ce qui est également absurde.

Conclusion du raisonnement :

De l’être, on ne peut donc ni dire, ni penser qu’il est devenu, mais seulement qu’il est.
Ce que Parménide résume par sa célèbre formule tautologique : « L’être est ; le non-être n’est pas. » ; autrement dit, la réalité est éternelle et in-engendrée.

La vérité de cette proposition n’est pas constatée empiriquement, mais établie par démonstration, par raisonnement. Elle contredit même l’évidence sensible, car notre perception du monde nous montre au contraire le changement et la dispersion des choses dans l’espace. Cette démarche peut être assimilée à celle des mathématiciens, comme Euclide qui démontre les propriétés des figures géométriques en tirant des conclusions logiques d’un petit nombre de définitions et de principes abstraits.
De même, pour Parménide, les choses existent en vertu d’un principe intelligible ( l’Un, l’être ) et non en vertu d’un principe matériel comme chez les philosophes ioniens.

Ce type de discours aura deux conséquences :
a) A partir du divorce entre sensation et raison, l’affirmation de l’existence d’un arrière plan métaphysique, invisible , en dehors de la réalité sensible ; une réalité plus vraie , secrète, cachée que le philosophe aura pour tâche d’atteindre. La philosophie prend alors la relève de la religion, tout en s’y opposant, puisque la vérité dépend d’une démarche démonstrative et non de la simple croyance.
b) L’affirmation de l’identité parfaite de la pensée et de l’être. La pensée c’est de l’être. Puisque la pensée accède de façon abstraite à la réalité intelligible,« il devient nécessaire d’affirmer l’équation de la pensée et de l’être. » [23]

ZENON (vers 490…) va radicaliser les thèses de son maître Parménide, en exposant ces célèbres paradoxes opposant le tout et la partie, l’immobilité et le repos, le temps et l’espace.
Par exemple, Zénon entend montrer l’impossibilité du mouvement du fait que tout mobile doit, avant d’atteindre le terme de sa course, parcourir la moitié de l’espace à parcourir, et ainsi de suite jusqu’à l’infini. [24]. Ceci atteste qu’il est impossible de constituer une science du mouvement, par définition, car l’être ne peut être appréhendé dans le discours que s’il est immobile. S’affirme ainsi dans sa radicalité, l’opposition entre la logique abstraite et la logique de l’existence, entre l’univers du savoir et de la philosophie, et l’univers de notre expérience sensible.

Cette brève histoire des débuts de la philosophie, montre que, dès son origine, se met en place un débat entre deux types de raisonnement : les thèses matérialistes (issues de l’ école ionienne, symbole de la nature ) et les thèses idéalistes ( issues des écoles italiennes, symbole de l’essence intellectuelle ). Ces deux orientations philosophiques vont se confronter au cours de toute l’histoire de la philosophie jusqu’à nos jours.

Le problème fondamental de la philosophie : idéalisme et matérialisme [25].

Engels : « La grande question fondamentale de toute philosophie, et spécialement de la philosophie moderne, est celle du rapport de la pensée et de l’être. » [26].

Pourquoi y a-t-il problème ?

Il y a problème, car il existe deux façons contradictoires d’envisager le rapport entre la pensée et l’être, entre l’esprit et la matière.

a) Pour l’idéalisme, l’esprit est premier, c’est-à-dire nos idées, nos représentations, la conscience, tout ce qui est en rapport avec notre esprit ou notre âme a une existence indépendante de la matière. La phrase de la Genèse : « Au début était le Verbe » résume en quelque sorte la conception idéaliste du monde. Cela revient à affirmer la transcendance de l’esprit sur la matière et le caractère immatériel de l’esprit ;
b) Pour les différents matérialismes, au contraire, c’est la matière qui est première, c’est-à-dire tout ce qui est donné dans le domaine de nos sensations renvoie à une réalité qui existe hors et indépendante de nos pensées. Ce que nous appelons esprit ou âme n’est qu’un état de la matière, notre conscience n’est que le produit de notre cerveau. Il faut alors opposer à la phrase de la Genèse, celle de Goethe : « Au début était l’action ».

Le problème de la pensée et de l’être [27].

Engels considère que le problème de la pensée et de l’être revêt deux aspects, la question de l’existence de l’âme et des dieux d’une part ; et la question du rapport de l’esprit et de la nature d’autre part (ce qui renvoie à la question : « nos idées peuvent-elles connaître le monde ? »)
Ces deux types de questions ont leur origine dans l’ignorance des hommes et dans l’état borné de leurs connaissances à une époque donnée, époque de « sauvagerie ».
Par exemple, les hommes vont imaginer l’âme indépendante du corps, à partir de leur expérience du sommeil et dans l’ignorance du fonctionnement réel de leur corps et de leur propre cerveau.
De même, les idées des dieux vont combler l’ignorance des hommes quant à l’explication des phénomènes naturels par la personnification, dans l’imaginaire, des puissances naturelles qui les dominent parce qu’ils ne les comprennent pas encore. A partir de la croyance en plusieurs dieux, va s’élaborer progressivement par « abstraction et distillation », l’idée d’un seul Dieu.
La question du rapport de la pensée et de l’être, de l’esprit et de la matière, se résumera dans la question de savoir quel est l’élément primordial : l’esprit ou la matière. Plus précisément, dans le contexte du monothéisme (c’est le cas au moyen âge dans le cadre de l’Église) le problème se formulera par la question suivante : Dieu a-t-il créé le monde, ou celui-ci existe-t-il de toute éternité ?
Il est clair que l’idéalisme et les matérialismes vont donner deux réponses opposées :
- pour l’idéalisme, pour lequel il y a prédominance de l’esprit sur la matière, l’esprit étant indépendant de la matière, Dieu, qui est esprit, créa le monde ;
- pour tous les matérialismes, la nature et la matière sont primordiales ; plus radicalement encore, il n’y a que la matière. Ainsi, ce qu’il est convenu d’appeler esprit ou âme n’est qu’un mouvement d’une forme particulière de la matière [28]. La notion de création n’a alors aucun sens, car tout phénomène naturel s’explique par une cause naturelle ou une loi naturelle immanente. La nature ou l’univers existe de toute éternité. On ne peut mieux résumer le point de vue matérialiste que par la célèbre formule de Lavoisier : « Rien ne se crée, tout se transforme. »

Pour l’idéalisme, l’explication naturaliste restera insuffisante, car seule la considération métaphysique de Dieu est capable de nous faire pleinement comprendre le monde. Ainsi toute philosophie idéaliste est une théologie, soit qui s’affirme comme telle, soit qui s’ignore. Aujourd’hui, l’intelligence design constitue l’expression la plus achevée de cette philosophie spiritualiste.

La deuxième question concernant le problème de la pensée et de l’être, peut se formuler de la façon suivante :

« Quelle relation y a-t-il entre nos idées sur le monde et le monde lui-même ?
Nos pensées sont-elles en état de connaître le monde ?
Nos idées, nos concepts, nos représentations sont elles le reflet fidèle de la réalité ? »

Engels remarque que tous les philosophes répondent affirmativement à la question, mais sur des fondements idéalistes. Il faudrait d’ailleurs préciser que pour certains philosophes idéalistes, la question du rapport de la pensée et de l’être n’a même pas de sens, dans la mesure où pour eux, ce que nous appelons le monde extérieur, n’existe que dans nos sensations ou dans notre esprit, comme le défend Berkeley [29].

Mais pour Engels, l’exemple emblématique de l’idéalisme achevé réside dans la philosophie de Hegel. , qui répond affirmativement à la question de savoir si nous pouvons connaître la monde extérieur.

« Chez Hegel cette réponse affirmative va de soi : car ce que nous connaissons dans le monde réel, c’est précisément son contenu conforme à l’idée, ce qui fait du monde une réalisation progressive de l’Idée absolue, laquelle Idée absolue a existé, on ne sait où, de toute éternité, indépendamment du monde et antérieurement au monde ; or il est de toute évidence que la pensée peut connaître un contenu, qui est déjà par avance un contenu d’idée. » [30]

Pour saisir la critique d’Engels, il faut rappeler quelques thèses fondamentales de Hegel.

Hegel rompt en quelque sorte avec la pensée métaphysique dans la mesure où, pour lui, la réalité n’est pas figée et immuable, mais en perpétuel mouvement, comme l’avaient déjà pressenti Héraclite et Aristote. C’est à rendre compte de ce mouvement qu’est consacrée la philosophie de Hegel.
Ainsi, pour Hegel : « Toutes les choses sont contradictoires en soi. » c’est-à-dire que tout être contient en lui la contradiction, Hegel précise :

« où que ce soit, il n’y a absolument rien en quoi la contradiction, c’est-à-dire des déterminations opposées, ne puissent et ne doivent être montrées. »

Toute chose est contradictoire car elle intègre en elle-même des déterminations contraires : elle est identique et non identique à elle-même dans elle-même, ce qui constitue sa contradiction interne,
Le mouvement de la réalité s’explique par des contradictions internes qui engendrent nécessairement transformation et devenir. La contradiction doit être pensée sous la forme de l’affirmation et de la négation de l’affirmation, qui produit son propre dépassement dans un perpétuel mouvement. Chaque étape du développement d’une chose ou d’un être, est ainsi un moment nécessaire de son processus interne, qui intègre une nouvelle négation et qui, de ce fait, est destiné lui-même à être dépassé.
La négation débouche sur « un nouveau concept, mais plus haut, plus riche que le précédent ,car il s’est enrichi de sa négation ou de son opposé.
Il le contient donc, mais il contient plus que lui, parce qu’il est unité de lui-même et de son opposé. »
 [31],

Hegel définit ainsi la dialectique : chaque chose contradictoire est affirmation, qui par la négation de l’affirmation, devient l’opposé d’elle-même, destinée de nouveau à être dépassée à la faveur d’une nouvelle négation.
La logique de Hegel rompt donc avec la logique formelle d’Aristote, selon lequel une thèse ou une chose ne pouvait être à la fois A et non-A.
Par exemple, pour rendre compte du développement vivant de la pensée, et plus précisément de l’histoire de la philosophie qui peut apparaître à l’opinion commune comme une succession indéfini de systèmes contradictoires qui se réfutent les uns les autres, Hegel prend l’image d’un développement organique : la fleur est la négation du bourgeon et est elle-même destinée à être niée et dépassée par le fruit, selon un processus interne. De même, chaque système philosophique, réfuté et dépassé par celui qui lui succède et qui en exprime sa vérité, constitue un moment nécessaire du développement de l’histoire de la philosophie elle-même ou de la vérité.

« L’opinion envisage l’opposition du vrai et du faux d’une façon rigide ; ainsi d’un système de philosophie donné elle a coutume d’attendre ou un accord ou une contradiction, et dans une explication sur un tel système de ne voir que l’un ou l’autre. Elle ne conçoit pas la diversité des systèmes philosophiques comme le développement progressif de la vérité, mais dans la diversité elle voit seulement la contradiction. Le bouton disparaît dans l’éclosion de la fleur, et on pourrait dire que le bouton est réfuté par la fleur. De même par le fruit la fleur est dénoncée comme un faux être-là de la plante ; et le fruit prend la place de la fleur comme sa vérité. Ces formes ne sont pas seulement différentes, mais encore elles se refoulent comme mutuellement incompatibles. Mais leur nature fluide en fait en même temps des moments de l’unité organique dans laquelle elles ne s’opposent pas seulement , mais dans laquelle l’une est aussi nécessaire que l’autre et cette égale nécessité constitue seule la vie du Tout. » [32]

Ainsi, selon Hegel, pour que A ( le bourgeon ) change , il doit devenir autre chose ; il cesse d’être identique à lui-même pour devenir autre chose non-A ( la fleur ) ; non-A , devant lui-même être dépassé à la faveur d’une nouvelle négation pour se transformer en fruit etc…Ce qui apparaît extérieurement incompatible et contradictoire, constitue en fait des moments nécessaires d’un même mouvement, chaque moment étant la vérité du précédent.
Se transformer, c’est donc nier ce qu’on était, devenir d’une certaine façon le contraire, tout en restant A sous un autre aspect.
Ce processus de développement que Hegel réduisait au domaine de la pensée, Engels le repère comme étant d’abord celui de la matière.

En effet, si on prend phénomène simple dans le domaine de la physique, on peut en rendre compte en des termes identiques à ceux employés par Hegel pour décrire le mouvement dialectique des idées :
Si on chauffe de l’eau, elle se transforme graduellement, quantitativement ; elle devient de l’eau de plus en plus chaude. Si on continue de chauffer, il arrivera un seuil où la quantité de chaleur se changera en qualité : l’eau se mettra à bouillir et se transformera en vapeur ou en gaz, selon un processus interne d’accumulation de contradictions. Il s’agit donc d’un changement qualitatif, mais cependant d’un même corps toujours constitué de deux atomes d’hydrogène et d’un atome d’oxygène. Si l’on chauffe plus encore, les atomes d’oxygène et d’hydrogène se séparent, puis chaque atome perd ses électrons, le gaz devient encore autre chose, un plasma etc. A l’inverse, si on abaisse la température au-delà d’un certain seuil, l’eau se modifie d’un état liquide à l’état solide, la glace.

On peut résumer alors les lois de la transformation dialectique de la matière de la façon suivante :
- le moment de l’affirmation, l’existence de la chose, qui est elle-même le résultat d’un processus , et qui de ce fait inclut la contradiction
- le moment de la négation de l’affirmation ; l’affirmation est niée
- à son tour la négation est niée, c’est la négation de la négation ( qui à son tour etc. )
- tout ce processus se déroulant selon la loi de transformation de la quantité en qualité.

Mais pour Hegel, ces lois sont celles du développement de l’esprit et de la nature, en tant que la nature elle-même est un moment du développement de l’esprit.
L’esprit se fait en faisant être tout ce qui est.
C’est donc le développement de l’esprit qui est la clef du développement de la nature et de la réalité.

C’est en ce sens qu’il faut comprendre la fameuse phrase de Hegel :

« Tout ce qui est réel est rationnel, tout ce qui est rationnel est réel. » [33]

Pour éviter un contresens, précisons que cette phrase ne signifie pas que tout ce qui existe est rationnel, mais le rationnel, c’est uniquement la nécessité. Le monde n’est rationnel que dans la mesure où il se développe selon une nécessité interne. Par exemple, la monarchie avant 1789, était devenue irréelle, c’est-à-dire dénuée de toute nécessité. Au contraire, le mouvement nécessaire de la Révolution était seul réel. Ainsi, précise Engels, selon le jeu de la dialectique hégélienne, « Avec le temps, tout ce qui est réel à un moment donné, mérite de périr, devient irréel. » [34]
La Raison est donc cette puissance d’animation qui explique le mouvement à partir de l’unité des contraires ; alors que l’entendement absolutise et fige les oppositions de façon irréconciliable ( a, non-a ; ou bien, ou bien )

« Tout ce qui est réel ( effectif ) est rationnel » signifie que ne devra être considéré comme réel, que ce qui est la manifestation de la raison à un stade de son développement dialectique. De même, « tout ce qui est rationnel est réel ( effectif ) » signifie que toute manifestation de la Raison finira par être effectif. ; c’est pourquoi Engels a pu écrire que pour Hegel, la connaissance consiste pour la raison à saisir le contenu, qui est déjà un contenu d’idée ou de la Raison ; d’où le reproche d’Engels adressé à la philosophie de Hegel : « ce qui est à prouver, est déjà dans les prémisses. »

Contre le postulat hégélien de la prévalence de la Raison, Marx et Engels vont rétablir, selon leurs propres termes, Hegel sur ses pieds en renversant la dialectique hégélienne, et rétablir ainsi le rapport véritable entre la raison et le réel, la pensée et la matière.

Marx écrit :

« Ma méthode dialectique par ses fondements n’est pas seulement différente de celle de Hegel, elle en est le contraire direct. Pour Hegel, le processus de la pensée, qu’il transforme même en un sujet indépendant sous le nom d’ « idée », est le démiurge de la réalité qui n’en constitue que l’apparence extérieure. Pour moi, à l’inverse, le monde des idées n’est qu’autre chose que le monde matériel transporté et transposé dans le cerveau des hommes. » [35]

Engels précise également que les progrès en philosophie ne s’expliquent pas par le développement autonome de la pensée spéculative ou des idées, mais par le progrès formidable de la science et de l’industrie qui apporte pratiquement la preuve de la vérité d’une théorie par sa capacité à produire elle-même des corps en chimie de synthèse ( matière colorante ), ou par sa capacité à prévoir le mouvement des planètes (découverte de Neptune par Le Verrier) ; c’est la raison pour laquelle les philosophies idéalistes intègrent de plus en plus en leur sein des éléments à caractère matérialiste, et que Hegel lui-même n’est qu’un matérialiste mis sur la tête [36].

Après ce rappel rapide des principes de la dialectique matérialiste, nous devons nous interroger sur la nature et la fonction de la philosophie :
- Si le développement des connaissances scientifiques semble détrôner la philosophie, quelle place lui accorder ? A quoi bon philosopher si seule la science est productrice de vérités ?
- Y a-t-il encore une place pour la philosophie, dans un monde où règnent en maîtres les sciences et les techniques ?
- Le développement des sciences rend-t-elle caduque toute réflexion philosophique ?
- Le matérialisme de la science a-t-elle sonné le glas de toutes philosophies ?
- Pour répondre à ces questions, il faut définir plus précisément ce qu’on entend par science et philosophie.

Science et philosophie

Dans un premier temps, on peut reconnaître que science et philosophie ont une origine commune et relèvent toutes deux de l’exercice de la raison.
Mais il faut aussi les distinguer par leur objet, le type de rationalité et leurs buts respectifs.

a) En ce qui concerne leur objet :
On peut définir chaque science par son objet propre (physique, chimie, biologie…) auquel correspond des démarches spécifiques pour en rendre compte. Par exemple, la physique porte sur la matière inerte, la biologie sur le vivant, et chacune de ces disciplines élaborera des méthodes spécifiques.
Au contraire, la philosophie n’a pas d’objet qui lui est propre, car tout peut être objet de réflexion philosophique ; plus précisément la réflexion philosophique porte sur l’ensemble de l’expérience humaine.

b- Le type de rationalité : Ce sont toutes deux des disciplines rationnelles, mais qui relèvent de deux types de rationalité différentes.
Comme le soulignait G. Lecointre concernant la démarche scientifique,

« la rationalité de la science consiste simplement à respecter les lois de la logique et le principe de parcimonie(…) Les théories que nous acceptons sur le monde sont les plus économiques en hypothèses. Plus les faits sont cohérents entre eux et moins la théorie qu’ils soutiennent a besoin d’hypothèses surnuméraires non documentées. Les théories les plus parcimonieuses sont donc les plus cohérentes. » [37]

La rationalité scientifique est donc régionale, car elle consiste à rendre compte avec cohérence et à partir d’un minimum d’hypothèses, des causes ou des lois d’un phénomène particulier, par exemple des perturbations dans la trajectoire d’une planète. Par conséquent, la rationalité scientifique ne prépare pas à l’attitude rationnelle dans les autres domaines de l’expérience humaine. L’entreprise rationnelle des sciences ne peut servir en dehors de la science elle-même.
La rationalité philosophique, au contraire, a cette exigence de suivre en toute chose la raison et la raison seule. « Elle est une éducation à la raison par elle-même, pour tous les hommes- et non seulement pour les savants- pour tous les secteurs de l’existence, de l’expérience, de la pratique, pour tous les domaines de la pensée et de l’action. » [38]

Mais, ne peut-on malgré tout, reconnaître un but commun à la science et à la philosophie ?
Si on en croit Lucrèce connaître la nature aurait pour but de : « ..dégager l’esprit humain des liens étroits de la superstition. » [39]. Le matérialiste des épicuriens a en effet un sens éthique. Savoir que la nature est constituée d’atomes, peut et doit nous débarrasser de la crainte des dieux, de la mort et des douleurs, qui constituent autant d’obstacles sur le chemin du bonheur.
Mais le but premier de la science contemporaine est d’expliquer les phénomènes naturels à partir de causes naturelles. Pour cela, elle observe un matérialisme méthodologique en rejetant des catégories immatérielles, comme l’esprit, l’élan vital…
Peut-elle aller au-delà ? Par exemple, le physicien ou le biologiste se donnent-ils l’objectif de combattre la superstition ? Ils peuvent choisir de le faire en tant que citoyens, mais il n’est pas sûr que la diffusion des connaissances scientifiques suffise à se débarrasser des conduites irrationnelles.
Toutefois, ne peut-on parler d’une philosophie spontanée ou implicite de la science, qui serait le matérialisme ? Autrement dit, la science induit-elle une conception matérialiste du monde, en morale par exemple ?
Cela est encore moins sûr car beaucoup de scientifiques, une fois sortis de leur laboratoire, redeviennent, comme la plupart des autres hommes, l’objet de superstitions et d’attitudes irrationnelles, lorsqu’il s’agit de statuer sur des questions concernant leur vie privée.

Sur le problème de la dimension directement philosophique de la science, deux conceptions s’affrontent [40] :
- Certains défendent l’idée que le matérialisme de la science est uniquement une méthode, mais qu’il ne faut pas la confondre avec la philosophie matérialiste. C’est la position de G.Lecointre :

« …si la science a pris son essor grâce à la philosophie matérialiste, elle n’est pas pour autant cette philosophie. Comme le rappelle Pascal Charbonnat, « le matérialisme ne subsiste dans les sciences qu’à l’état de méthode, et non pas comme conception de l’origine, démarche non empirique par définition. » »

Cette position sera reprise par Denis Collin : « La science ne peut se passer de réflexion philosophique, et le matérialisme est la philosophie la plus favorable au développement scientifique. » [41],
- l’autre conception consiste à nier la différence de la science et de la philosophie matérialiste : « La science est matérialiste et le matérialisme est scientifique. », c’est, résumée, la thèse d’ Y.Quiniou [42]

L’enjeu est de savoir si, à partir de la pratique effective des sciences, on peut élaborer une théorie générale du matérialisme ayant valeur de philosophie, et parler, comme le fera Engels, d’une Dialectique de la nature par exemple ?
Peut-on élaborer une synthèse de toutes les sciences sous forme d’une théorie générale de la nature ? Il est clair que si on considère que le matérialisme est uniquement méthodologique, on répondra négativement à cette question.
Faut-il alors reprocher à Engels d’être retombé dans l’idéalisme hégélien, et d’avoir élaborer un concept « monstrueux » de dialectique matérialiste ? [43].

Mais il ne faut pas voir dans le travail d’Engels autre chose qu’une synthèse des lois du mouvement de la matière établie à partir des connaissances scientifiques de son époque. En effet, vouloir en faire une théorie générale, figée et définitive des lois de la nature se heurte au moins à une contradiction et une difficulté.
- une contradiction, au sens où, d’après Engels lui-même, le caractère révolutionnaire de Hegel résidait dans le fait « qu’il mettait fin une fois pour toutes au caractères définitif de tous les résultats de la pensée et de l’activité humaine.( …) la vérité résidait désormais dans le processus même de la connaissance. » [44]
- Autrement dit, il serait anti-dialectique de considérer la dialectique matérialiste elle-même comme le dernier mot de la connaissance qui est sans cesse en mouvement.
- La difficulté réside dans le postulat qu’une telle entreprise manifeste : la capacité du cerveau humain de connaître la totalité de la nature. Or, il y a toujours plus dans la nature que ce qu’une théorie, même la plus complexe, peut en connaître. Le réel excède les capacités cognitives de notre esprit. Sinon, il faudrait considérer qu’il arrivera un jour où il faudra cesser toute recherche, au nom d’une théorie totalisante ayant valeur de vérité absolue. On sera alors tombé dans le dogmatisme le plus paralysant.

Il ne faut donc pas confondre science et philosophie :
- la science a pour projet exclusif de nous apporter une connaissance objective sur la réalité qui existe en dehors de la pensée humaine, à l’aide d’une démarche rationnelle. Ces connaissances n’ont de valeur que régionale et provisoire, au sens où la théorie admise comme vraie à un moment donnée est la meilleure, mais la démarche d’une science n’est pas transposable dans d’autres domaines de l’activité humaine.
- Si la philosophie de son côté, n’apporte aucune connaissance positive car elle n’a pas d’objet, elle a toutefois une prétention : combattre la superstition, les préjugés, c’est-à-dire l’irrationalité dans tous les domaines de la pensée et de l’action humaine.
- Elle est donc d’abord une méthode.

La philosophie comme méthode.

Qu’est-ce qu’un philosophe ?

La première qualité d’un philosophe est le courage, le courage de penser par soi-même, afin de porter un jugement assuré. « Ose de te servir de ton entendement », tel est le conseil donné par Kant dans son opuscule Qu’est-ce que les Lumières [45]. Autrement dit penser par soi-même, ne consiste pas bien sûr à adhérer à toutes les idées qui nous traversent l’esprit, qui peuvent être des préjugés et des opinions collectives transmises par la tradition, mais à user de sa propre raison. Kant précise :

« De façon générale, nul ne peut se nommer philosophe s’il ne peut philosopher. Mais on n’ apprend à philosopher que par l’usage qu’on fait soi-même de sa propre raison (…) Le vrai philosophe doit faire un usage libre et personnel de sa raison, et non imiter servilement. » [46]

La fréquentation des grands textes philosophiques, nécessaire pour se familiariser avec la démarche spéculative, n’est pas suffisante pour nous donner accès à l’exercice libre de notre propre raison.
Comment faire un usage libre et personnel de sa raison ?

L’usage philosophique du doute

Il s’agira d’abord de douter de toutes nos pensées, de prendre un recul critique concernant nos opinions, croyances et représentations que l’on a admises comme vraies.
Cet usage philosophique est à distinguer radicalement du doute ordinaire [47].
Le doute ordinaire est l’effet de l’expérience empirique, qui n’apporte souvent que déceptions et embarras, rendant incapable celui qui en a été victime, de se décider pour une idée ou pour une autre, d’affirmer ou nier quoique ce soit. Une angoisse paralysante peut en résulter et conduire la victime finalement à se réfugier dans les opinions communes, les croyances diverses, et bien sûr dans les dogmes des religions et des sectes. Le doute ordinaire, parce qu’il est subi, conduit au renoncement d’exercer sa liberté de penser et à la soumission aveugle.
La démarche du doute philosophique est à l’opposé de cette attitude de soumission.
D’abord, il s’agit d’un acte volontaire s’exerçant sur les certitudes admises par le sujet lui-même, dans l’objectif, non pas de rester dans l’indécision ou l’embarras, mais d’accéder à une certitude rationnelle comme produit direct de l’exercice de sa propre raison.
Descartes est l’inventeur de cette démarche :

« Il y a déjà quelque temps que je me suis aperçu que, dès mes premières années, j’avais reçu quantité de fausses opinions pour véritables, et que ce que j’ai depuis fondé sur des principes si mal assurés, ne pouvait être que fort douteux et incertain ; de façon qu’il me fallait entreprendre sérieusement une fois en ma vie de me défaire de toutes les opinions que j’avais reçues jusques alors en ma créance, et commencer tout de nouveau dès les fondements, si je voulais établir quelque chose de ferme et de constants dans les sciences. » [48]


Outre son caractère volontaire, le doute philosophique est méthodique : il est un chemin progressif vers la vérité ( Descartes va commencer par douter des choses les plus faciles jusqu’aux plus difficiles, les vérités mathématiques par exemple… )
Il est aussi radical, dans le sens où il s’attaque aux fondements de l’édifice théorique, il s’attaque à la racine des idées, opinions.
Il est universel car rien ne lui échappe, car Descartes va émettre toutes les objections possibles.
Et enfin, le doute est provisoire parce qu’il cherche à accéder à une vérité absolue, au critère de toute science ; il travaille en cela à sa propre disparition.

Toute cette démarche est l’activité même de la pensée. Il s’agit pour tout sujet pensant, de mettre à distance ses propres pensées, représentations et opinions afin de les examiner, de les faire passer devant le tribunal de sa propre raison, avant de leur accorder un caractère de vérité.
Cette démarche inaugurée par Descartes va inspirer des philosophes plus contemporains, tel que Bertrand Russell [49].

La philosophie comme « art de la conjecture rationnelle. » [50](B.Russell)

Dans une conférence, B.Russell situe la philosophie entre la connaissance exacte de la science et la crédulité sans fondement des préjugés ; il en résume la méthode de la façon suivante :

« Selon cette définition, la philosophie nous indique la manière de procéder quand nous voulons découvrir ce qui est vrai, ou ce qui à la plus grande probabilité d’être vrai, lorsqu’il est impossible de savoir avec certitude ce qui est vrai. » [51]

Contrairement aux dogmes religieux, le discours philosophique partage avec celui des sciences le refus de toutes vérités absolues, éternelles et incontestables, et par conséquent la caractéristique de se déployer dans les limites du probable. La méthode scientifique consiste à découvrir les lois générales de la nature à partir d’hypothèses confirmées par l’observation :

« Les hypothèses alternent avec les observations, chaque nouvelle hypothèse appelle de nouvelles observations et, pour être acceptée, doit concorder avec les faits mieux que toute hypothèse préalable. Mais il demeure toujours possible, sinon probable, que l’on doive faire appel par la suite à une nouvelle hypothèse pour expliquer des observations ultérieures. Les hypothèses nouvelles ne démontrent pas la fausseté des anciennes, mais seulement qu’il s’agissait d’approximations qui n’étaient pas tout à fait justes [52]. »

Cette conception de la vérité scientifique est d’ailleurs partagée par de nombreux hommes de sciences. Par exemple, C. Rovelli, chercheur en physique théorique, rédige également un éloge de l’incertitude :

« S’il ne cesse de se transformer, pourquoi le savoir scientifique est-il digne de foi ? Si demain nous penserons le monde différemment de Newton ou d’Einstein, pourquoi prendre au sérieux la description scientifique du monde ?
La réponse est extrêmement simple : parce que, à chaque moment de notre histoire, cette description du monde est la meilleure dont nous disposons [53]. »

La philosophie, qui ne s’occupe que des questions très générales, ( par exemple : « …le monde est-il régi par des lois mécaniques ou est-ce qu’il a une finalité cosmique, ou encore possède-t-il ces deux caractéristiques à la foi ? [54] » ou bien « …sommes-nous en mesure de connaître quoi que ce soit de ce qu’est le monde, par opposition à ce qu’il semble être ? [55] ») ne relève pas de la rationalité expérimentale , mais consiste à passer au crible de la raison toutes les croyances à partir du doute préalable ; ce qui a pour effet d’inaugurer un nouveau rapport au monde :

« La valeur de la philosophie doit en réalité surtout résider dans on caractère incertain même. Celui qui n’a aucune teinture de philosophie traverse l’existence, prisonnier de préjugés dérivés du sens commun, des croyances habituelles à son temps et à son pays et de convictions qui ont grandi en lui sans la coopération ni le consentement de la raison. Tout dans le monde lui paraît aller de soi, tant les choses sont pour lui comme ceci et pas autrement, tant son horizon est limité ; les objets ordinaires ne le questionnent pas, les possibilités peu familières sont refusées avec mépris. Mais nous l’avons vu dès le début de ce livre : à peine commençons-nous à philosopher que même les choses de tous les jours nous mettent sur la piste de problèmes qui restent finalement sans réponse. Sans doute la philosophie ne nous apprend pas de façon certaine la vraie solution aux doutes qu’elle fait surgir : mais elle suggère des possibilités nouvelles, elle élargit le champ de la pensée en la libérant de la tyrannie de l’habitude. Elle amoindrit notre impression de savoir ce que sont les choses ; mais elle augmente notre connaissance de ce qu’elles pourraient être ; elle détruit le dogmatisme arrogant de ceux qui n’ont jamais traversé la doute libérateur, et elle maintient vivante notre faculté d’émerveillement en nous montrant les choses familières sous un jour inattendu [56]. »

Cette attitude philosophique si clairement décrite par Russell, s’apparente, à notre sens, avec l’idéal de sagesse des Anciens.

L’idéal de sagesse

Ce qui pouvait alors paraître comme désuet et périmé prend alors toute sa valeur.
La notion de sagesse recouvre quatre modalités :
a) une connaissance juste des choses et une façon de saisir le monde en dehors de tout jugement a priori ;
b) ce qui a naturellement un prolongement pratique, au sens où celui ou celle qui se sont libérés de la tyrannie des habitudes de penser tendent à agir de façon raisonnable et juste.

Ces deux modalités étaient indissociables chez les grecs : par exemple, savoir le juste c’est être juste ; ce que Platon formulera de la façon suivante : « nul n’est méchant volontairement. » On ne fait le mal que par ignorance.

c) mais la sagesse est aussi une vertu, une disposition qui rend possible l’attitude raisonnable du sage.

Autrement dit, la conjugaison de ces trois modalités caractérise la capacité de discernement dont dispose celui qui place ses pensées et ses actions sous la conduite de principes raisonnables. Comme on l’a vu, le manque de sagesse pratique relève d’un défaut de connaissance ou d’une ignorance.

d) enfin, la sagesse relève donc aussi d’un idéal, dans la mesure où elle ne peut qu’être que le résultat d’un travail de réflexion pour rompre avec tout préjugé. .Elle n’est pas un donné, mais le produit d’un travail sur sa propre pensée.

La sagesse est donc à la fois une disposition et un idéal à atteindre par le travail de sa propre raison sur elle-même afin d’ accéder à la liberté de pensée.
Si la sagesse se définit par le désir de rationalité, on ne peut donc lui reprocher de faire l’éloge d’un isolement contemplatif. En effet, cette réappropriation de la pensée par elle-même accroît notre degré de lucidité, condition d’une meilleure compréhension du monde, rendant possible sa transformation .
C’est dans cette perspective qu’écrira Descartes :

« …par la sagesse on n’entend pas seulement la prudence dans les affaires, mais une parfaite connaissance de toutes les choses que l’homme peut savoir, tant pour la conduite de sa vie, que pour la conservation de sa santé et l’invention de tous les arts [57]… »

C’est pourquoi opposer, comme le fait M. Onfray [58], le travail de réflexion philosophique et l’action, le concept et la vie, nous paraît peu pertinent.

Conclusion

Il est temps maintenant de tenter de donner une réponse à la question initiale Qu’est-ce que la philosophie ?

C’est une activité de réflexion, qui s’efforce de dépasser la particularité des points de vue individuels et collectifs (opinions, préjugés…), au moyen de la réflexion, et qui porte sur la réalité en général et sur l’expérience humaine en particulier ; réflexion rationnellement conduite dans le but d’en tirer des règles qui puissent guider la pensée et l’action, dans le souci d’accéder à un maximum de lucidité et d’autonomie.

On voit donc que cette exigence de rationalité recouvre l’attitude de toute pensée libre, elle coïncide même avec l’attitude de tout libre penseur, et doit rester l’idéal de tout être humain doué de raison qui aspire à la liberté.

Deux remarques cependant :

- Il nous apparaît que cet idéal de sagesse et de liberté ne peut être totalement atteint sans avoir résolu concrètement, c’est-à-dire socialement et politiquement, le problème de la liberté de l’individu dans la société. Les capacités de réflexion individuelles ne sauraient être détachées des conditions réelles de vie.
- Mais, il n’en reste pas moins qu’il faut garder à l’esprit la règle qui consiste à se départir de tout dogmatisme, en ne cessant d’être à la recherche, comme Bachelard et André Breton nous le conseillaient [59], de ce qui est capable d’inquiéter la raison et nos propres certitudes.

Notes :

[1Phénoménologie de l’Esprit ; Préface ; trad.J.Hippolyte ; Aubier- 1999 ; pp 57-58

[2Nous nous appuyons, pour ce premier point, sur l’ouvrage de JP Vernant, Les origines de la pensée grecque, Quadrige/PUF, 1997

[3JPDumont, Les écoles présocratiques, folio-essais, 2005, introduction p.V

[4Pour une introduction à la lectures des mythes grecs : JP.Vernant, l’Univers, les dieux, les Hommes, Seuil, 1999

[5JP. Dumont, op.cit. introduction, p.IV

[6op. cit., introduction, p.XV

[7op.cit. , introduction p.XIV

[8sur Anaximandre, nous renvoyons le lecteur à l’excellent ouvrage de Carlo Rovelli, Anaximandre de Milet ou la naissance de la pensée scientifique ; Dunod ; mai 2009.

[9Pour une étude détaillée de la philosophie d’Anaxagore, nous renvoyons à JP Dumont, op.cit., intro.§7p.XLV et sq ; p 593-659

[10Rappelons nous qu’Héraclite vivait dans une région qui est encore de nos jours, volcanique. Sa thèse semble être une généralisation de ce que l’on peut observer lorsque la lave se solidifie en se refroidissant. ( note de PC. )

[11JP Dumont, op.cit. intro. p.XVI

[12JP Dumont ; op.cit. intro.p.XVII

[13( Pseudo-Aristote Du monde, V, 396b7. )

[14JP Dumont op.cit ; intro p. XVIII

[15F.Balibar, Qu’est-ce que la matière ?, édition Le Pommier-cité des sciences et de l’industrie, 2005, p.12

[16JP Dumont op.cit. ; intro. p.IV.

[17« La réminiscence est le souvenir à l’occasion duquel l’âme se souvient des connaissances qu’elle a acquises avant d’être liée, cette vie durant, à ce corps. » in Dictionnaire Platon, L.Brisson et JFPradeau, , Ellipses, 2007

[18« Les formes intelligibles sont en fait des réalités immuables et universelles, indépendantes de l’intellect qui les perçoit. Elles sont de surcroît les seules réalités véritables, puisque c’est par leur participation aux formes intelligibles que toutes les autres choses reçoivent leurs déterminations » ; ibid.

[19Métaphysique A v. 985b23.

[20C. Rovelli, op.cit. ; p75.

[21« Chez Platon, les mathématiques jouent deux rôles décisifs. Elles fournissent un modèle au raisonnement et à l’argumentation philosophiques, et elles permettent de proposer une explication de la nature parfaitement originale, dont l’économie est d’autant plus efficace quelle ne passe plus par le langage ordinaire. Pour la première fois dans l’histoire de la pensée, le monde est totalement mathématisé. » in L.Brisson et JF Pradeau, op.cit. ; p.86

[22JPDumont, op.cit. ; intro ; .p.XXIX- XXX.

[23JPDumont ; op.cit. ; intro. ; pXXXII.

[24Pour un exposé d’ensemble des paradoxes, voir JP Dumont op.cit. ; intro pXXXII-XXXVI ; et 375-377.

[25Sur la question du matérialisme, nous renvoyons à l’exposé de Martine Bodin, Qu’est-ce que le matérialisme ? ( IRELP- Université Populaire- 20/05/10 )

[26Engels, Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande, Editions Sociales, 1970, Chapitre II p.25.

[27Nous résumons ici l’ouvrage d’Engels Ludwig Feuerbach….

[28Par exemple, Epicure donne la définition suivante de l’âme : « …l’âme est un corps formé de fines particules, disséminé à travers tout l’agrégat [ organisme], très semblable à un souffle comportant un certain mélange de chaleur… » in Lettre à Hérodote, trad. M.Conche, PUF, 2003, §63 p.113.

[29Berkeley ( 1685-1753 ), évêque anglican, propagateur de thèses immatérialistes selon lesquelles il n’existe que des esprits. En 1732, il publie un ouvrage intitulé : Alciphron ou le pense-menu en sept dialogues contenant une apologie de la religion chrétienne adressées à ceux qu’on appelle libres penseurs. Ces derniers, selon Berkeley, « forment une secte qui rabaisse toutes les choses qui ont le plus de valeur, les objectifs, les sentiments et les espoirs des hommes ; ils réduisent toutes les connaissances, les concepts et les théories de l’esprit à des sensations : la nature humaine est par eux diminuée et dégradée jusqu’au niveau le plus bas et le plus étroit de la vie animale et ils ne nous offrent en partage qu’une maigre ration d’années au lieu de l’immortalité. »

[30Engels, op.cit., p28

[31Hegel, ibid.

[32Hegel, Préface à la phénoménologie de l’esprit, trad. J..Hyppolite, Aubier-Montaigne, 1966, p.17.

[33Hegel, Principes de la philosophie du droit, préface.

[34Engels, op.cit.p12.

[35Postface à la seconde édition allemande du Capital, 1873.

[36Engels, op.cit., p.29-30.

[37Sciences et pseudo-sciences ; revue de l’Association Française pou l’Information Scientifique (AFIS)- n°288 ; octobre-décembre 2009 ; p.78.

[38D.Dreyfus La revue des amis de Sévres, n°1 ; 1975.

[39Lucrèce, De la nature ; LI.

[40sur cette question, nous renvoyons à la conclusion de l’ouvrage de D.Collin, La matière et l’esprit, Armand Colin ; 2004 ; Un matérialisme sceptique ?.

[41G.Lecointre ; op.cit.

[42Y.Quiniou ; Problèmes du matérialisme, Méridiens Klincksieck, 1987, p.10.

[43D.Collin, op.cit.,p.205.

[44Engels, op.cit., p.14-15.

[45Réponse à la question : qu’est-ce que les Lumières ? GF-Flammarion, 1991 ; p.43

[46Logique, Vrin ; p.26-27.

[47Nous résumons ici rapidement F.Raffin ; Introduction à la philosophie, Armand Collin, 1998.

[48Méditations métaphysiques, première méditation.

[49B.Russell ( 1872-1970 ), inventeur de la logique formelle moderne et initiateur du mouvement analytique anglo-saxon, chercha dans sa philosophie, à expliquer et justifier les limites logiques de la connaissance. Il fut connu également par ses prises de position en faveur de la libération des femmes, son engagement pacifiste qui lui valu six mois de prison en 1918, ou lors de la guerre du Viêt-nam, la mise en place avec Sartre d’un tribunal international pour juger les crimes de guerre de l’armée US. Il fut aussi président d’honneur de la Libre Pensée.

[50B.Russell, L’art de philosopher, Presses Universitaires de Laval, 2005, p.1-29.

[51Ibid. p1.

[52Ibid. ; p.17.

[53C. Rovelli ; op.cit. ; p.121.

[54B.Russell ; op.cit. ; 2.

[55B.Russell ; op.cit. ; p.22.

[56B.Russell ; Problèmes philosophiques, intro et trad. de F. Rivenc, Payot ; 1997 ; p. 180-181.

[57Descartes, Les principes de la philosphie, lettre-préface, §2 ; Vrin. 1970 ; p.30.

[58Voir son article Le critère de la vie philosophique in Le Monde du 16 et 17/05/2010.

[59« Il faut inquiéter la raison et déranger les habitudes de la connaissance objective. », Bachelard, La formation de l’esprit scientifique, Vrin, 1972, p.247.

puce Contact puce Mentions légales puce Espace rédacteurs puce squelette puce RSS puce Valid XHTML 1.0 Strict
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.21.2