L’Église a-t-elle collaboré ? (Jean Cotereau)

L’AUTEUR de cette brochure pose une question et donne tous les éléments — puisées de bonne source — d’une réponse. Oui, l’Eglise a « collaboré ». Elle s’est faite non seulement la servante du régime de Pétain, mais elle a inspiré ce régime, s’est confondue avec lui, a régné par son entremise. Dix citations au moins le prouvent depuis Pétain c’est la France, et la France c’est Pétain, » de Mgr Gerlier jusqu’à cet aveu : «Travail, Famille, Patrie, inscrites par le Maréchal au programme de la France étaient !es trois Sujets les plus étudies dans leurs cercles d’études par les jeunes catholique » ou encore: « Famille, travail, patrie sont inclus rigoureusement et en leur conception la plus élevée dans le mot religion catholique «, en passant par les remerciements adressés à «la divine Providence» pour avoir donné è la France un tel chef: « L’autorité du chef vient de Dieu à ce titre ; a ce titre, il a droit à notre fidélité. Le suivre est un devoir…» (Mgr Choquet). Il ne s’agit pas même entre Pétain et l’Eglise catholique d’un marchandage: «Nous vous aviserons à condition que…», mais d’une osmose: Pétain a été l’homme de l’Église comme il a été l’homme des Allemands. « La généreuse inspiration de ses discours est pareille à celle qui dicta les Encycliques de la Papauté. » Recevant la presse américaine, Pétain lui confie: « La France remettra en honneur les grandes vérités de la morale chrétiennes et le Rédacteur en chef de la Croix déclare de son côté que «le caractère chrétien.., marquera, s’il doit réussir et durer, l’ordre nouveau ». Nous savons aujourd’hui ce qu’est cet « ordre nouveau» prôné par l’Eglise et l’ex-maréchal: les milliers de « concentrationnaires », les milliers de « terroristes » fusillés, les milliers de Juifs assassinés, un peuple entier enchaîné dans les fers, épié par la Gestapo, la police « française », et leurs « mouchards spirituels: les prêtres ».

Lire le texte de Jean Cotereau : cliquer ici